Retour à l'index


New York - The Sequel.

Depuis le 11 septembre 2001 et l’écroulement du World Trade Center, l’envie de refaire la descente de l’Hudson n’a jamais quitté mon esprit. Bien sûr, après le 11 septembre, l’espace aérien new-yorkais a été sévèrement réglementé. Puis, et contrairement à ce qui s’est passé à Washington, les restrictions ont été progressivement levées, et on est revenus à la situation antérieure. Le «corridor» est resté fermé de longs mois, a été ouvert en mars 2002, puis refermé, et enfin ouvert à nouveau récemment.

Mon amie Misti, de la Danbury Flight School, m’a loué un C172R à moteur de 180 CV en excellent état et fort bien équipé (IFR, GPS) pour une centaine de dollars l’heure. Kris, instructeur sympathique et rigoureux, a contrôlé mon aptitude, et, ce 4 mai 2003, je suis parti seul de Danbury pour refaire la descente de l’Hudson jusqu’à la statue de la Liberté et retour.

Par souci de sécurité, et pour éviter le risque improbable de me faire escorter de deux F16, j’ai demandé au Ground un code transpondeur, et suis resté en contact permanent avec le contrôle. Quand je suis arrivé à la statue, à 1500 pieds, la tour de Newark m’a dit «make as many circles around it as you wish, and call me when you leave».

Le moment le plus émouvant fut, bien sûr, la vue de ce qui reste des deux Tours, un champ de débris. Autant elles étaient visibles, autant leur ruine est difficile à trouver dans la forêt de gratte-ciels. On a peine à croire à la réalité !

Le lendemain, en retournant à JFK, j’ai fait le détour pour voir l’endroit d’où Charles Lindbergh s’est envolé pour Paris en 1927. A l’époque, on y trouvait quatre aérodromes pratiquement contigus. Trois d’entre eux ont totalement disparu, et du terrain militaire (Mitchel Field), qui a été en service jusqu’en 1960, il reste deux hangars convertis en musée et les bâtiments administratifs intégrés à une université. Là où Lindbergh est parti se dresse un grand magasin, sur le parking duquel on a posé un petit monument - c’est tout.

Découverte insolite dans ce musée... On sait que les hydravions sont interdits en Suisse mais qu'en est-il des hydroplaneurs ?



Jean Claude Dispaux
(Photos Jean Claude Dispaux)

Retour à l'index